La stratégie financière

La réduction de l’endettement net est un objectif prioritaire de Transform 2015. 

Endettement du groupe

Calcul de l'endettement net

Endettement du groupe

Au 31 décembre 2012, l’endettement net s’élève à 5 966 millions d’euros. Bien qu’en amélioration de près de 300 millions d’euros, le cash flow libre d’exploitation de l’année était encore négatif (-51 millions d’euros). La dette nette a baissé de 549 millions d’euros principalement grâce à la cession de titres Amadeus.

Nature et profil de remboursement

Au 31 décembre 2012, 32% des dettes financières courantes et non courantes est constitué d’obligations :

  • un emprunt subordonné à durée indéterminée libellé en yen pour 256 M€,
  • un emprunt subordonné à durée indéterminée libellé en franc suisse pour 347 M€,
  • une OCEANE à échéance 2020 pour 420 M€, dont 419 M€ inscrits en dette financière,
  • une OCEANE à échéance 2015 pour 661 M€, dont 569 M€ inscrits en dette financière,
  • une obligation à échéance 2014 pour 750 M€,
  • une obligation à échéance 2016 pour 700 M€.
  • une obligation à échéance 2018 pour 500 M€.

En mars 2013, le groupe a émis une nouvelle OCEANE à échéance 2023 pour 550 M€.

La majorité des autres 68% est sécurisé par des actifs, principalement aéronautiques.

Profil de remboursement de la dette

 

Profil de remboursement de la dette

Les remboursements des dettes se font de façon progressive dans le temps ; par ailleurs, le marché du financement d’actifs en dépit d’une contraction du bilan des banques, reste ouvert pour les montants envisagés sur la période. Cependant, le groupe est attentif à ces évolutions et poursuit sa diversification auprès de banques non-européennes et en refinançant d’autres actifs que les avions.

Structure de la dette par taux et par devise au 31 décembre 2012

La plus grande partie de la dette financière est contractée à taux variable. Cependant, selon le niveau des taux d’intérêt, le groupe a converti, moyennant la mise en place de dérivés, une part importante de sa dette à taux variable en dette à taux fixe. Après couverture, la dette financière du groupe Air France-KLM à taux fixe représente 71 % du total des dettes financières. Compte tenu de cette politique, le groupe affiche un montant de dette à taux variable proche du montant de sa trésorerie placée à taux variable. Une variation des taux aura donc un effet neutre sur les résultats financiers du groupe.

Le coût moyen apparent de la dette du groupe après couverture s’élève à 3,7 % au 31 décembre 2012.

Au 31 décembre 2012, 87% de la dette brute du groupe après prise en compte des instruments financiers dérivés est libellée en euros.

Lignes de crédit au 31 décembre 2012

Le groupe dispose par ailleurs de plus de 1,8 milliards d’euros de lignes de crédit non tirées

Société Caractéristiques Obligations (calculées semestriellement au niveau de la société concernée)
Air France Maturité : 4 avril 2016
Montant tiré : 0 M€
Montant non tiré : 1.060 M€
EBITDAR > 2,5 x (charges nettes d’intérêt + 1/3 loyers opérationnels)
Actifs immobilisés non affectés en garantie > dettes financières non garanties
KLM Maturité : 13 juillet 2016
Montant tiré : 0 M€
Montant non tiré : 540 M€
EBITDAR > 2,5 x (charges nettes d’intérêt + 1/3 loyers opérationnels)
Actifs immobilisés non affectés en garantie > dettes financières non garanties
Air France-KLM Maturité : 4 octobre 2017
Montant tiré : 0 M€
Montant non tiré : 250 M€
EBITDAR > 1,5 x (charges nettes d’intérêt + 1/3 loyers opérationnels)
Actifs immobilisés non affectés en garantie > dettes financières non garanties
Total Montant tiré : 0 M€
Montant non tiré : 1.850 M€
 

 

Mars 2014 :

 

Objectifs financiers Transform 2015

Dans le cadre de Transform 2015, le groupe s’est donné comme objectif de réduire son endettement net de 2 milliards d’euros, de 6,5 milliards d’euros au 31 décembre 2011 à 4,5 milliards d’euros au 31 décembre 2014. La génération d’une capacité d’autofinancement nette de deux milliards d’euros sur la période 2012-2014 est obtenue par la réduction des investissements et la mise en œuvre d’un plan de transformation permettant d’assurer le retour à une profitabilité satisfaisante.

Réduction du plan d’investissement

La forte réduction du plan d’investissement est en ligne avec le choix d’une augmentation limitée de l’offre. En conséquence, le groupe a revu son plan de flotte et son programme d’investissement à l’exception des investissements destinés à l’amélioration continue de la sécurité des opérations et de ceux liés aux services aux clients (500 millions d’euros sur les trois ans du plan).

Les investissements ont été revus à la baisse, passant d’un montant brut moyen de 2,1 milliards d’euros jusqu’en 2011 à 1,6 milliard d’euro en 2012, 1,2 milliard d’euros en 2013 et 1,4 milliard d’euros en 2014. Cette décision a amené le groupe à aménager son plan de flotte à moyen terme en combinant, entre autres, décalage de livraisons d’avions et non exercice d’options. Par ailleurs, le groupe a décidé de limiter les opérations de cessions-bails (0,6 milliard d’euros en 2012, 0,1 milliard d’euros en 2013 et aucune opération en 2014).

Retour à une profitabilité satisfaisante : EBITDA de 2,5 à 3 milliards en 2014

Le redressement de la profitabilité sera réalisé grâce à une amélioration très importante de la productivité dans tous les secteurs du groupe, obtenue par la renégociation des règles d’emploi contenues dans les accords collectifs existants et la mise en œuvre de projets industriels visant notamment à améliorer le taux d’utilisation des avions et des actifs.

Le groupe se fixe ainsi pour objectif de réaliser un EBITDA de 2,5 à 3 milliards d’euros en 2014, contre 1,3 milliards en 2011 et 1,4 milliards en 2012, ramenant le ratio dette nette/EBITDA en dessous de 2 à la fin 2014 (4,8 au 31 décembre 2011).

Ratio dette nette/ebitda